SILA - Syndicat Mixte du Lac d'Annecy

Recherche

Syndicat Mixte du Lac d'Annecy
AccueilAménagement et protection du lacActions de protectionLutte contre la dermatite cercarienne
Convertir cette page au format pdf

Lutte contre la dermatite cercarienne

 

Comme la plupart les plans d’eau douce de la planète, le lac d’Annecy est concerné par la dermatite cercarienne (improprement appelée "puce du canard"). Cette affection, considérée comme bénigne, peut provoquer des démangeaisons chez les baigneurs touchés.

Qu’est-ce que la dermatite cercarienne ?

Il s’agit d’une affection considérée comme bénigne due à un petit organisme aquatique, la cercaire, invisible à l’œil nu. Cette cercaire peut pénétrer dans la peau des baigneurs avant d’y mourir. Des boutons accompagnés de démangeaisons sont alors susceptibles d’apparaître chez certains baigneurs (réaction allergique).

Pour se développer, le parasite doit infester obligatoirement un mollusque aquatique (hôte intermédiaire), puis un oiseau aquatique (hôte définitif). Sur le lac d’Annecy, ce sont surtout les limnées (escargots aquatiques) et les canards colverts qui sont concernés.

Lorsque l’organisme aquatique (appelé cercaire à ce stade de développement) quitte le mollusque, il peut accidentellement se tromper de cible et toucher un baigneur au lieu d’un canard.

Pour une bonne connaissance de ce phénomène, le SILA s’appuie sur les travaux de l’université de Reims et du Muséum d’histoire naturelle.

Le cycle de l’organisme aquatique responsable des démangeaisons

Schéma du cycle de la dermatite cercarienne - JPEG - 122.8 ko
Schéma du cycle de la dermatite cercarienne
© SILA

Les précautions à prendre

Ne donnez pas à manger aux canards, car cela favorise leur sédentarité et donc leur contamination.

Vous pouvez également adopter quelques gestes pour limiter les risques de dermatite :

En cas de symptôme (boutons, démangeaisons), consultez un pharmacien ou un médecin afin d’obtenir un traitement adéquat (crème apaisante notamment).

La lutte contre la dermatite cercarienne

Engin amphibie chargé de détruire les mollusques au fond du lac - JPEG - 265.2 ko
Engin amphibie chargé de détruire les mollusques au fond du lac
© Laura RENAUD / SILA

Le SILA a mis en place un plan de lutte contre la dermatite qui a montré son efficacité. Alors qu’on dénombrait plusieurs centaines de baigneurs touchés par jour et par plage au début des années 2 000, on compte aujourd’hui quelques dizaines de cas par an.

Ce plan de lutte prend plusieurs formes :

Les documents attachés

Haut de page