SILA - Syndicat Mixte du Lac d'Annecy

Recherche

Syndicat Mixte du Lac d'Annecy
Convertir cette page au format pdf

Restauration des roselières

 

Les roselières aquatiques et les herbiers immergés du lac d’Annecy présentent un intérêt écologique fort. Afin de les préserver et de favoriser leur développement, le SILA a lancé un ambitieux programme de restauration de ces formations végétales.

Roselières clairsemées frappées par la houle - JPEG - 185.5 ko
Roselières clairsemées frappées par la houle
© Damien ZANELLA / SILA

Au cours du 20e siècle, les roselières aquatiques du lac d’Annecy ont fortement régressé, passant d’une centaine à une dizaine d’hectares.

Un diagnostic écologique complet, mené en 2007 par le SILA, a permis de connaître précisément leur état et d’identifier les principales causes de leur recul. Les roselières ont surtout été fragilisées par la construction d’aménagements (ports, pontons) et la stabilisation du plan d’eau depuis 1965, date d’installation des vannes sur le canal du Thiou (principal exutoire du lac).

Une forte utilité écologique

Foulque nichant dans les roselières - JPEG - 340.5 ko
Foulque nichant dans les roselières
© Damien ZANELLA / SILA

Les roselières aquatiques jouent un rôle notable dans la préservation et l’amélioration de la qualité de l’eau du lac puisqu’elles participent à son épuration.

Elles constituent des habitats pour la faune (poissons, amphibiens, insectes, oiseaux…) en les protégeant des prédateurs et en servant de lieu de nidification. Elles présentent également un intérêt paysager certain et contribuent à éviter l’érosion des berges.

Face à cette réalité, le SILA a décidé d’engager une réflexion pour restaurer ces roselières, en y associant élus, usagers et scientifiques, dans le cadre de la gouvernance partagée du lac.

Un programme d’actions d’1 million €

Plantation de végétaux et palissades de protection - JPEG - 458.1 ko
Plantation de végétaux et palissades de protection
© Gw. P. / SILA

Ce travail de concertation a permis d’aboutir à la mise en œuvre d’une première phase d’actions d’un montant d’1 million € HT, subventionnée à hauteur de 50 % par l’Agence de l’eau Rhône-Méditerranée et Corse, et 30 % par le Conseil Départemental de la Haute-Savoie.

Ces actions, menées en collaboration avec l’Institut d’enseignement ISETA et la Compagnie Nationale du Rhône, concernent trois zones pilotes  : le Bout du Lac à Doussard et les marais de l’Enfer et le sentier des roselières à Saint-Jorioz.

Elles combinent différentes techniques de génie écologique telles que :

Une gestion du niveau du lac repensée

En parallèle de ces actions et en concertation avec l’État, le SILA a lancé une réflexion sur la gestion du niveau du lac. Une accentuation du marnage actuel permettrait de favoriser le développement des roselières. La concertation avec les communes riveraines du lac et l’ensemble des usagers du lac est en cours afin de concilier intérêt écologique et contraintes socio-économiques.

Une révision de la réglementation applicable aux secteurs des roselières est par ailleurs engagée par les services de l’État.

Le programme de restauration des roselières en images

Restauration des roselières au lac d'Annecy par le SILA from SILA on Vimeo.

Les bons gestes pour préserver les roselières

Riverains du lac, les roselières sont protégées et ne vous appartiennent pas !

Les documents attachés

Haut de page